Journal de bordNos infirmiers-ères mobiles en télémédecine partagent leur expérience du terrain

La téléconsultation de gériatrie en Ehpad

par AurélieJuin 2021

Juliette a 96 ans, son médecin traitant fait une demande de téléconsultation de gériatrie pour un syndrome confusionnel chez une dame ayant fait, dernièrement, une infection urinaire et une démence débutante.
L’équipe m’informe que ses fils préféreraient une consultation en présentiel. Je prends contact avec l’un d'eux. En discutant avec lui, je me rends vite compte qu’il a une image faussée de la télémédecine et de la façon de procéder. Je lui explique. Il est rassuré, enthousiaste et content de la rapidité d’obtention du créneau. La présence d’une infirmière, et la possibilité pour lui et son frère d’assister à la téléconsultation est un vrai plus. Enfin, avoir un gériatrie de secteur et, bien sûr, éviter à sa maman un déplacement en période de crise sanitaire est incomparable.

Je vais à la rencontre de Juliette pour me présenter, lui expliquer ce que je fais et le déroulé de la téléconsultation à venir. Dans un premier temps, elle me dit qu’elle a déjà un médecin, qu’elle n’en a pas besoin d’un autre. Je la rassure en lui disant que c’est une demande de celui-ci et lui explique ce qu’est la gériatrie. Elle me dit qu’à son âge ce n’est pas nécessaire, que tout est perdu dans sa tête. Nous convenons d’essayer et lui précise que ses fils seront présents.

Le jour de la téléconsultation je viens en avance pour m’installer et me présenter à ses fils. Pendant ce temps ces derniers me racontent des bouts d’histoire de Juliette.
Je ne prononce pas correctement le nom de famille et me fait reprendre gentiment.
Lors de notre échange, les deux garçons découvrent une destination de voyage de leur mère qui leur était inconnue. Je découvre que Juliette et moi sommes collègues. En effet, elle a été infirmière pendant la guerre dans une autre région chère à son cœur et d’où elle est native par ailleurs.

Je démarre la téléconsultation, Juliette est contente de se voir sur la tablette. Lorsque le gériatre se connecte, nous nous présentons tous. Le contact se fait rapidement. Le gériatre se fait, lui aussi, gentiment reprendre par Juliette pour sa mauvaise prononciation. Le médecin discute avec Juliette de son passé, de son moral. Il lui pose des questions et ses fils sont aussi sollicités pour décrire leur ressenti par rapport à la situation : changements, évolution du caractère avant et maintenant. De mon côté, je transmets les informations recueillies auprès des équipes soignantes et dans son dossier patient.

La téléconsultation se termine au bout de trente minutes. Il est décidé de se revoir dans un mois ou deux. Ses enfants sont ravis. Nous faisons le point sur les changements de traitement ainsi qu’un résumé à Juliette qui n’a pas tout retenu mais qui est contente de ce moment. S'ensuit une conversation légère sur la télémédecine et la vie de Juliette.

Je retourne voir ses fils quelques minutes plus tard pour leur montrer le compte rendu, leur donner un document qui explique les différentes spécialités traitées par télémédecine et mes coordonnées si besoin. Je rassure Juliette en lui disant que tout est transmis à son médecin et à l’équipe sur place. Le compte rendu et l’ordonnance seront dans son dossier.

Un créneau est d’ores et déjà fixé dans deux mois afin de laisser le temps au nouveau traitement d’agir et de stabiliser la situation.

Un fils me contactera finalement plus rapidement pour me demander une nouvelle téléconsultation de gériatrie. Sa maman va mieux, elle est plus cohérente et plus orientée.
Il est heureux car il la “retrouve”. Cependant elle est d’humeur dépressive, car consciente de sa situation.

Nous avons réalisé cette téléconsultation dernièrement. Nous travaillons de concert pour améliorer la qualité de vie de Juliette et l’aider le plus possible. Elle va mieux, mais elle ne se sent plus “utile”. Ensemble, nous discutons de son influence auprès de ses petits enfants, de sa richesse, de ses histoires, des leçons de vie qu’elle a encore à transmettre.

Je lui raconte que ma grand-mère a écrit un livre de recettes pour la famille. Je lui demande si elle cuisine. Elle me dit que oui. Son fils parle alors d’une “recette souvenir” : un mélange de sa région natale et de l’Alsace.

Surprise, je découvre qu’elle a écrit un livre retraçant un bout de son histoire, illustré de photos. Nous le feuilletons ensemble. Décidément, cette femme me surprend. Les choses suivent son cours nous nous revoyons dans un mois et demi sauf si besoin avant.

La télémédecine est encore méconnue. Elle est faite d'aprioris et de barrières qu’il faut faire tomber. Dans cette situation, un simple appel a suffit. La présence de la famille lors des téléconsultations est non seulement précieuse pour le gériatre, mais cela permet aussi et surtout de rassurer le patient.

Les téléconsultations de gériatrie sont enrichissantes et intéressantes. Elles permettent d’aider les patients, de suivre l’évolution d’un traitement, d’évaluer, de stabiliser et d’améliorer la situation.
Au-delà, elles sont un moment unique, une occasion de découvrir une personne, son histoire et son vécu.

Découvrez nos autres témoignages :

Envie de nous rejoindre ?

Par ici !