Illustration


Avec l’article 51, notre système de santéa déjà commencé à se transformer

Dan Grünstein
Directeur général de TokTokDoc

23.03.2021

Dans 30 ans, la part de Français de 75 ans ou plus aura presque doublé. Les inégalités territoriales s’accroissent et les « déserts médicaux » s’étendent. Résultat ? Des prises en charge retardées et des renoncements aux soins au coût humain et financier dramatique. Dans un cas sur trois, ils entraînent une augmentation des symptômes.La crise sanitaire a montré l’importance d’être prêts et de disposer d’un système de santé résistant. Notamment au service des plus fragiles : populations âgées, en situation de handicap, éloignées du système de santé.


La santé a besoin de nouveaux modèles !
L’État n’a pas attendu pour dresser ce constat et encourager l’expérimentation de nouvelles organisations en santé reposant sur des modes de financement inédits. Objectif : tester sur le terrain, pendant une durée limitée, des formes coordonnées de prise en charge. Financées de manière dérogatoire par l’Assurance Maladie et susceptibles, après une évaluation de l’expérimentation, d’être généralisées.
Ce sont les « expérimentations de l’article 51 », en référence à l’article 51 de la loi du 30 décembre 2017 de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018. Cet article a modifié les dispositions de l’article L.162-31-1 du Code de la sécurité sociale, qui prévoit « des expérimentations dérogatoires » à toute une série de dispositions du Code de la sécurité sociale.
L’ambition est ni plus ni moins que la transformation du système de santé, dans la lignée du Plan « Ma Santé 2022 ». Cette disposition a suscité un véritable engouement depuis 2018 avec 810 projets déposés. 71 ont été autorisés... dont celui de TokTokDoc.
Avec TokTokDoc, la télémédecine est un moyen, pas une fin
Vecteur d’égalité territoriale, capable de rapprocher le soignant du patient, la télésanté est présente dans 14 des 71 projets. Mais l’approche « technologique » ne peut pas tout. La télémédecine pratiquée par les plateformes grand public ne peut répondre aux besoins singuliers des 18 millions de personnes âgées, isolées ou dépendantes. Seul un patient sur cinq qui effectue une téléconsultation a plus de 70 ans. Les consultations à distance sont effectuées majoritairement par les généralistes. Or un résident en EHPAD requiert beaucoup de soins de spécialités ; il cumule en moyenne 7,9 pathologies différentes !
Si le patient ne peut accéder au soin dont il a besoin, il faut le faire venir à lui. De là est née la Policlinique mobile TokTokDoc, au cœur de l’expérimentation menée dans le cadre de l’article 51. Véritable établissement de santé « hors les murs », elle embarque des outils de prise en charge télémédicale et une équipe d’infirmières mobiles expertes en télémédecine. À distance, des médecins spécialistes rémunérés à la vacation sont disponibles, ainsi qu’une équipe de coordination incluant secrétariat médical et fonctions supports.
Le résultat ? Un « parcours de soins » complet, qui vient apporter aux établissements ou aux collectivités qui le demandent le renfort dont ils ont besoin. Le personnel soignant en place, le médecin traitant, les médecins spécialistes habituels sont impliqués mais aussi soulagés.
Tirer parti des atouts de l’article 51
Cette approche holistique, très différente des prises en charge séquentielles habituelles, a demandé d’imaginer de nouvelles modalités de financement. En ce sens, la Policlinique mobile de TokTokDoc tire parti à plein des dispositions dérogatoires permises par l’article 51.
La rémunération « à l’acte » qui est la règle actuellement vise à renforcer la productivité et la réactivité du système de santé, mais elle a ses limites. En considérant chaque acte de façon isolée, on ignore les actes redondants ou non pertinents au regard de l’état de santé du patient. On ne favorise ni la coordination des soins, ni la prévention.
Au regard de ce constat, la Policlinique mobile propose un forfait mensuel, qui rémunère toutes les fonctions impliquées dans le parcours de soin, notamment l’intermédiation et le support technique. Sans surcoût pour l'établissement et les résidents.
Un format ingénieux, que nous avons souhaité rendre vertueux en proposant une rétrocession des économies effectivement relevées par l'Assurance Maladie : prévention (réduction des durées moyennes de séjours hospitaliers), allègement des frais (frais de transport évités, moins de passage aux urgences sans hospitalisation) et pertinence des soins (renfort soignant dans les établissements, limitation des hospitalisations évitables ou inappropriées).
(P)réparer aujourd’hui, c’est aller plus vite demain
Selon les dispositions de l’article 51, l’organisation expérimentée doit réunir quatre critères : être innovante, réalisable, diffusable et efficiente.
TokTokDoc déploie aujourd’hui ses solutions dans près de 300 établissements sanitaires, médico-sociaux et structures ambulatoires. Plus de 25 000 patients bénéficient de son service de télémédecine. 12 fois plus d'actes de télémédecine ont été générés et l’accès aux soins amélioré pour les personnes isolées. Nous anticipons plusieurs millions d’euros d’économies brutes annuelles pour l’Assurance Maladie.
Des évolutions obtenues grâce à une approche centrée patient, de nouveaux modes d’exercices coordonnés et le retour du soin dans les zones ou vers les populations en demande. Autant de points que seules les dérogations permises par l’article 51 ont rendu possibles.Notre voyage vers une santé plus juste et plus efficiente continue !

Partager cet article :

Envie de nous rejoindre ?

Par ici !