Illustration

« Le ROI des soins infirmiers est extraordinaire »

Dan Grünstein
Directeur général de TokTokDoc

01.09.2022


« Les soins infirmiers [...] sont la solution à de nombreux problèmes de santé, c’est pourquoi nous appelons les pouvoirs publics à [y] investir sans délai. Le retour sur investissement des soins infirmiers pour la santé mondiale est extraordinaire. »
Ces mots auraient pu être de TokTokDoc... Ils sont de Howard Catton, le Directeur général du Conseil International des Infirmières (CII), une branche de l’OMS. Il détaille les bénéfices multiples constatés à travers le monde des organisations qui placent l’infirmière à des endroits clés de leur système de santé. Soins de qualité, accessibles, en temps voulu, centrés sur la personne, rentables...
Et en France ? L’une des recommandations de l’Assurance Maladie pour 2023 est, mot pour mot, « le renforcement du binôme médecin - infirmier », « l’une des solutions les plus plébiscitées par les praticiens pour améliorer la qualité de leur pratique, se concentrer sur les actes à haute valeur ajoutée et prendre en charge davantage de patients. ». Avec l’expérimentation Article 51 de la Policlinique mobile TokTokDoc, nous défrichons très concrètement dans les Ehpad le pouvoir de ce binôme, augmenté par la télémédecine. Impact, soin, innovation et organisation : voici quelques leçons que nous en avons tirées.

Assurer (enfin) la continuité du soin


Une étude publiée dans le British Journal of General Practice a analysé les soins d’un million d’adultes de l’est de Londres. Les patients qui consultent régulièrement le même médecin généraliste (environ 50%) connaissent une mortalité plus faible, moins d'hospitalisations, bénéficient de meilleurs soins pour les maladies chroniques et rapportent une plus grande satisfaction.
Parler de continuité avec le médecin généraliste quand on vante le rôle accru des infirmiers vous paraît paradoxal ? C’est pourtant logique. Un objectif essentiel de la Policlinique Mobile est de rétablir cette continuité pour les résidents d’Ehpad, en respectant le parcours de soin et sa territorialité, et le rôle du médecin traitant. L’infirmière mobile de télémédecine n’est pas un soignant de substitution mais un chaînon manquant, qui résout une équation jusque là impossible : celle du médecin qui ne va plus au patient faute de temps médical disponible, et celle du résident en Ehpad au profil de soin complexe qui ne peut pas aller au médecin.
Il faut envisager une troisième voie, incarnée par l’IDE mobile de télémédecine. Son temps, son savoir-faire soignant, ses compétences inter-personnelles et son maniement expert d’un logiciel et de dispositifs connectés lui permettent de combler un fossé qui n’a cessé de se creuser. De maintenir le lien avec le médecin traitant, (garant du parcours de soin). Elle programme et réalise des actes sur les volets de prévention, suivi et dépistage, avec le réseau médical du territoire, et notamment les spécialistes - un soin quasi disparu de nos Ehpads, avec à peine 5 à 9€ remboursés par l’Assurance Maladie par résident et par mois (soit tout au plus 1 acte par an, toutes spécialités confondues).

La coordination, un enjeu clé


Près de 40% des actes effectués par nos infirmières... ne sont donc pas des actes de télémédecine. Recoudre le parcours de soin requiert du temps quantitatif (rédaction des comptes-rendus) et qualitatif (participation collatérale aux actes soignants de l’établissement, échange avec le personnel...). Ce temps fait partie à part entière de la valeur apportée par l’infirmière. Avec en support toute une équipe (secrétariat médical, support technique, chefferie de projet) qui fait de la Policlinique Mobile une authentique structure de soins coordonnés.
Le résultat : un projet personnalisé de santé (PPS) propre, centralisé et à jour grâce aux infirmières TokTokDoc. Il est transmis au médecin traitant pour avis, et sa mise en exécution conditionnée à son accord préalable. Les actes sont programmés par les équipes infirmières avec un réseau de spécialistes issus du territoire. À l'issue de chaque acte de télémédecine, le médecin traitant reçoit systématiquement par e-mail sécurisé le compte-rendu et les propositions thérapeutiques associées.
L’IDE mobile de télémédecine TokTokDoc est une « plaque tournante » qui bénéficie à tous. Le résident bien sûr, qu’elle accompagne et dont elle porte la voix, dans les téléconsultations et en en assurant le suivi. Le personnel de l’établissement, qui bénéficie d’un accès accéléré à des médecins spécialistes, d’un renfort soignant et administratif, et qui voit sa charge physique (les déplacements) et mentale diminuer. Les médecins bien sûr, dont les patients complexes « viennent à eux » désormais avec une friction minimale, dans un suivi parfaitement balisé. Et puis les infirmières elles-mêmes, désormais maillon essentiel de la chaîne du soin, qui pratiquent leur expertise « au maximum de leur diplômes » au bénéfice des personnes qu’elles accompagnent.

Un modèle prêt à grandir


C’est avec fierté que nous avons assisté depuis deux ans à la naissance ex nihilo d’une organisation innovante dans un environnement extrêmement contraint, au bénéfice d’une filière sinistrée. Des paris très forts ont été tenus : celui de la cohabitation d’un paiement au parcours avec un rôle de garant réservé au médecin traitant (plus de 150 embarqués dans l’expérimentation !). Celui de faire appel à des médecins du territoire représentant 13 spécialités, malgré la raréfaction de cette ressource. Celui enfin et surtout d’assurer le retour du soin de spécialité, mais aussi de la prévention (1/4 des téléactes) en EHPAD pour près de 1400 résidents et 17 établissements.
Reprenons le rapport charges et produits de l’Assurance Maladie pour 2023. « L’un des enjeux capitaux pour mieux répondre aux besoins des patients chroniques est de faire évoluer les organisations et les rôles et compétences des acteurs du système de santé, dans l’ensemble de ses composantes [...] : Le partage de compétences, l’ajout de nouvelles tâches ou rôles [...] et l’introduction ou le renforcement du travail en équipe. »
Plus loin enfin : « l’organisation structurée de la réponse à certains besoins spécifiques (consultations pour des patients résidants en EHPAD par exemple) par la voie d’une téléconsultation assistée pourrait permettre une meilleure efficience de la mobilisation des professionnels de santé dégageant du temps médical : [c’est] un mode de téléconsultation à développer » notamment en créant un« cadre juridique structuré pour les offreurs de télémédecine ».
Nous y sommes prêts.

Recevez plus de posts comme celui-ci 📨

Envie de nous rejoindre ?

Par ici !